QUAND ON IMPROVISE UN VOYAGE… (1)

itineraire_uruguay

 

Je reviens sur mes trois dernières semaines en dehors de Buenos Aires pour expliquer, par la même occasion, que l’une des beautés du voyage c’est aussi de pouvoir bousculer tous les plans prévus initialement.

Le 25 janvier, après avoir passé plus de deux semaines à Buenos Aires, j’ai envie de voir quelque chose d’un peu nouveau. Très bien, je me motive enfin, avec la fougue du lion, à bouger mon popotin vers d’autres contrées argentines.

Je décide donc d’aller visiter Rosario et Cordoba une semaine, deux villes au Nord-Est de Buenos Aires et relativement pas trop éloignées (1000 kms c’est pas la mer à boire en Argentine ;)) avant de revenir dans la capitale du tango.

Conseil pour le voyage en bus : au passage, je vous signale un nouveau site argentin plataforma 10 qui permet de trouver les tickets de bus de la plupart des compagnies de bus régulières. C’est bien pratique car ça permet d’éviter d’aller à la station de bus qui est souvent mal située et parfois un peu craignos. Et comme il existe des dizaines de compagnies différentes, on n’a pas à questionner chaque billetterie personnellement pour connaître les horaires et les prix. Je crois qu’ils prennent cinq pesos argentins de commission, c’est pas énorme vu comme c’est pratique.

Destination Rosario

J’arrive donc à Rosario en soirée après quatre heures de bus (le ticket coûte environ 25 euros).

Premier bonheur (et dernier aussi) : le patron de l’hostel Lechuza connaît Poitiers (car il a un bon ami poitevin) et se fait plaisir à partager les apéritifs français qu’il a sous la main. Il se rappelle des noms de chaque personne arrivée et présente chaque nouvel arrivant à tout le monde.

Premier malheur : L’hostel est rempli au plus des trois quarts d’une communauté israélienne. C’est l’évènement qui arrivera à un moment ou un autre au cours d’un voyage en routard dans les auberges de jeunesse en Amérique du Sud.

En fait, la raison pour laquelle vous allez probablement rencontrer de si grands groupes est qu’il font un long voyage après leur service militaire de deux ans (!). Faire un voyage avec son solde pour profiter de la vie après une telle période est quelque chose de vraiment compréhensible et les tours en sac à dos en Amérique du Sud sont devenus un classique pour les jeunes Israéliens. L’inconvénient est qu’ils restent en communauté et se montrent très souvent sans gène vis-à-vis des autres hôtes. Hélas, le groupe de Rosario n’a pas fait exception à la règle. 🙁

Autant vous dire que j’ai été assez vite saoûlé par le manque de respect et pourtant, dieu sait que je suis patient et ouvert en général. Le patron l’était aussi et a laissé un mot assez copieux après un lendemain de fête. C’est un peu dommage, ils représentent un peu l’image de leur pays à l’étranger. Et désormais, certains tenanciers leurs refusent l’entrée non pour des raisons politiques, mais bien pour des mauvaises expériences passées en termes de savoir-vivre.

Second malheur : l’auberge est en déménagement et les WC se retrouvent bouchés très régulièrement. L’hébergement est en deça de mes espérances comparé aux appréciations sur internet ; ça arrive parfois même si c’est assez rare.

wc_gringo

Heureusement, il y a une touche d’humour sur les WC 🙂

La ville de Rosario en elle-même est pas mal même si on ne peut pas dire qu’elle est extraordinaire en soi.

Rosario est la ville natale de Che Guevara et Lionel Messi. Cependant, on peine à trouver des traces de leur passage. Ca peut quand même valoir le coup de s’y arrêter quelques jours si vous faites un tour complet de l’Argentine. Après, ça reste clairement de la ville sans toutes les possibilités d’activité nocturne offertes par Buenos Aires. Le coin le plus sympa que j’ai pu voir est le long chemin qui longe le fleuve où jouxtent un très imposant mémorial, la plus grosse discothèque de la ville et des coins d’herbes bucoliques et relaxants. Il y a même des petites plages le long du fleuve accessibles en prenant le taxi ou le bus.

rosario_riviere

Un petit air de Mississipi le long du fleuve

Reste que je n’ai pas été particulièrement impressionné par la ville en elle-même et qu’après Buenos Aires, continuer à faire de la ville sans les attraits de la vie nocturne commençait à m’ennuyer, surtout à l’hostel où je me trouvais.

Initialement, je pensais continuer vers Cordoba et ainsi passer de la troisième ville argentine à la seconde mais une envie de plage et de nature, loin des brouhahas nocturnes m’envahissait un peu plus au fur et à mesure des heures passées à Rosario.

Entre l’Ouest et l’Est, mon coeur balançait et je retrouvais quasiment à équidistance entre une ville nouvelle et une autre ville qui m’avait séduit il y a deux ans. Finalement, je cède à mes envies présentes et je prends un bus de nuit vers la capitale uruguayenne.

NB : le ticket entre Rosario et Montevideo coûte environ 450 pesos argentins soit 70 euros un peu près.

Direction l’Uruguay et Montevideo

Je retrouve ce petit pays qui m’avait bien conquit il y a deux ans.

Le bus de nuit depuis Rosario met une dizaine d’heures. Une chose qui surprend quand on n’en a pas l’habitude est que vous donnez votre passeport à un agent de la compagnie de bus qui vous le rendra (heureusement), après le passage à la frontière avec l’Uruguay, avec vos nouveaux tampons, sans que vous ayez besoin de sortir du bus. Au final, si vous arrivez à dormir et en général, les bus argentins sont bien plus confortables que la moyenne, le trajet de bus de nuit passe rapidement et on est logé-nourri.

Je retrouve des sensations passées en arrivant au terminal de Tres Cruces et je revois des images qui étaient enfouis profondément dans mes souvenirs.

A Montevideo, les gens qui attendent le bus avec leur thermos de mate sont légion. C’est même l’un des traits caractéristiques de l’Uruguayen et son image de marque d’une certaine manière en dehors du pays. Je reste convaincu que ce pays est aussi l’un des plus sous-estimés du continent sud-américain pour plein de raisons : qualité des gens, sécurité, jolies plages et coût de la vie plus abordable qu’au Brésil. Le fait d’être enclavé entre deux géants est un désavantage probablement.

tanya_ukulele

 Tanya, la sympathique réceptionniste du Ukulele Hostel

J’ai passé plusieurs nuits à l‘hostel Ukulele qui a l’énorme avantage de posséder une piscine, un gros plus, car même s’il y a des plages proches du centre, elles ne sont pas particulièrement belles. Il faut longer la côte Est pour trouver de jolies petites plages.

Je recommande vraiment cet hostel qui est bien situé dans une maison coloniale. Le tarif (environ 14 euros, un peu moins hors saison) est un peu plus cher que la moyenne mais le lieu vaut vraiment le tarif : c’est un endroit relaxant et social à la fois pour rencontrer d’autres voyageurs.

J’en ai aussi profité pour donner quelques cours de ukulele aux réceptionnistes, voyageant avec mon petit ukulele qui accompagne désormais gaiement mon sac à dos dans mes longs voyages.

piscine_hostel_ukulele_montevideo

Une petit vue de la terrasse avec piscine de l’auberge

Pendant ces quelques jours, je me suis gavé de chivitos, une sorte de sandwich complet avec un petit steak au milieu. La diète en Argentine et en Uruguay n’est pas extraordinaire je l’admets. Ces pays sont un peu un cauchemar pour les végétariens car la viande y est hautement célébrée.

J’en profite également pour écrire pas mal au bord de la piscine. Le lieu est idéal pour les travailleurs nomades sans avoir à exploser son budget.

Je reprends également contact avec une amie argentine se trouve vers les plages plus à l’Est à quelques heures de bus de Montevideo.

Et je me décide à bouger vers là-bas…

12 Commentaires

  1. Commentaire par Lucie

    Lucie Répodnre at 18:46

    Ah une telle liberté, ça donne envie! Et du coup, c’est quoi le prix des bus à peu près en Argentine?

    • Commentaire par Pierre

      Pierre Répodnre at 20:37

      Je réponds avec du retard pardon.
      Les prix, pas forcément bon marché. J’ai rectifié l’article pour donner une idée et Plataforma10 est vraiment super pour comparer les prix et les horaires.

  2. Commentaire par Leslie@Voyage Perou

    Ah si seulement il y avait une telle plateforme pour les bus au Pérou, ça faciliterait grandement la vie des voyageurs. Car comme tu l’as dit, les terminus sont souvent éloignés..et surtout plutôt louches!

    • Commentaire par Pierre

      Pierre Répodnre at 20:38

      Le Pérou c’est vraiment le coeur de l’Amérique du Sud.
      Tout est encore plus marqué qu’en Argentine.

  3. Commentaire par Nadege@Miami

    Salut,

    Ahah c’est souvent les petits malheurs dont on se rappelle à la fin du voyage 🙂

    A bientôt,

    Nadège

    • Commentaire par Pierre

      Pierre Répodnre at 20:39

      Exactement Nadège!
      Ce sont même souvent les anecdotes qu’on le plus plaisir à raconter.

  4. Commentaire par Haydée@Travelplugin

    Encore des bons plans pour se déplacer. Merci Pierre ! Avec toutes ces compagnies de bus, c’est clair que ce n’est pas évident de choisir. Je n’ai pas eu la même expérience que toi avec les Israéliens mais je peux comprendre ton point de vue.

    Je ne me suis pas arrêtée à Rosario et pourtant on m’en a dit le plus grand bien. Concernant le Ché, il a eu des problèmes de santé très jeune et a du partir vivre à Cordoba (j’ai visité sa maison là-bas, un vrai musée), je crois qu’il n’avait même pas 10 ans. Le médecin avait recommandé à la famille de se déplacer dans une région où le climat n’affectait pas les poumons du Ché. C’est peut-être la raison qui explique que l’on ne trouve pas de trace de lui.

    J’ai rencontré quelques Uruguayens en Argentine, et je les ai trouvé d’une extrêmes gentillesses. J’ai eu de bonnes affinités avec eux et je compte bien m’y rendre un jour. Colonia del sacramento est le seul endroit que j’ai visité.

    • Commentaire par Pierre

      Pierre Répodnre at 20:43

      J’espère finir le second article un jour mais je recommande vraiment l’Uruguay.
      En politique argentine, on se réfère à Peron, Evita avant tout. C’est assez difficile à appréhender pour un étranger je dirais.
      Sinon pour les Israéliens, je faisais une généralité, j’en ai rencontré des sympas aussi.

  5. Commentaire par kevin @embarquement voyage

    C’est un peu ce que je suis entrain de faire au Laos. Je n’avais absolument rien prévu, regarder aucun guide touristique. On pourrait presque dire à l’arrache.
    Néanmoins, je passe un super séjour.

    • Commentaire par Pierre

      Pierre Répodnre at 20:43

      Quelle bien bonne idée Kevin!

  6. Commentaire par Floriane

    Floriane Répodnre at 19:56

    Te lire donne vraiment envie de partir 🙂

  7. Commentaire par Thibaut ProfiterduMonde

    Je confirme que les bus argentins sont hyper confortables ! Ce sont des cars avec de l’espace et des positions plus ou moins allongées déjà, y’a la clim, la télé, des jeux de temps en temps d’organiser façon mini loterie…

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut