URUGUAY : LE PAYS OUBLIE

Quand on parle d’Amérique du Sud, on pense souvent à l’Argentine, au Brésil, au Pérou mais rarement à l’Uruguay. D’ailleurs, peu sont capables de situer ce petit pays sur une carte. L’Uruguay vit dans l’ombre de son grand voisin, l’Argentine. Un peu comme l’Irlande avec la Grande Bretagne, le Canada avec les Etats-Unis, la Nouvelle Zélande avec l’Australie ou la Belgique avec la France. Mais les petit pays ont souvent la réputation d’une plus grande convivialité et d’une plus grande amabilité de ses habitants en comparaison avec ses voisins historiques. Cela se vérifie pour l’Uruguay si l’on compare avec l’Argentine.

J’ai finalement opté pour le mode backpacking sur mon dernier mois et demi en Amérique du Sud. Ma mobilité reste limitée car il faut bien que je sois installé correctement pour travailler par internet. Mais je me garde une marge de flexibilité et de liberté en étant capable de bouger d’un endroit à un autre rapidement, en fonction des envies et des rencontres que je fais. L’usage du netbook s’est incroyablement démocratisé dans les auberges de jeunesse, c’est véritablement impressionnant de voir à quel point c’est devenu un outil standard chez les backpackers.

Après avoir retraversé en bateau le fleuve de La Plata, j’ai déjà passé un dizaine de jours à Montevideo. Cette ville m’a beaucoup plus pour son charme et sa tranquillité de petite capitale. Autant les week ends peuvent y être animés, autant les jours de semaines sont dominés par un calme olympien. On a vite fait les tour du joli vieux quartier mais pour trouver les vraies plages je recommande fortement de louer une bicyclette depuis le centre et de longer la cote. Au fur et à mesure que les immeubles jouxtant l’avenue s’étoffent, les plages s’embellissent.

A l’extérieur de Montévidéo, on trouve Punta del Este, ville balnéaire prisée par les Argentins aisés. Je ne sais pas encore si j’y passerai faire un saut pour me faire mon opinion mais j’ai une envie limitée de payer plus cher pour me retrouver dans un site type Cote d’Azur. A quoi bon de traverser l’Atlantique pour me retrouver dans un mode de vie européen.

Mon coup de coeur concerne Punta Del Diablo, relativement proche de la frontière brésilienne. C’est un véritable spot pour backpacker. Ce petit village de pêcheurs de 400 habitants hors saison abrite jusqu’à 25 000 personnes en saison. Ce village comprend un nombre important d’hostels et de cabanes à louer. Actuellement je reste au Diablo Tranquilo, recommandé par de nombreux voyageurs. C’est absolument divin, pour une dizaine d’euros, on peut prendres le petit déjeuner sur une terrasse avec vue directe sur la mer avant d’aller piquer le nez dans les vagues endiablées ou d’opter pour un cours de surf. Je recommande vivement cet hostel; probablement l’un des meilleurs que j’ai jamais fait (à condition de ne pas rechercher le calme absolu).

Vue depuis l’hostel à Punta Del Diablo

J’ai aussi entendu parler de Cabo Polonio juste à coté, qui semble aussi être un incontournable avec sa réserve naturelle et ses logements sans électricité. Un excellent passage pour méditer et se ressourcer probablement.

NB: Pour ceux qui cherchent à voyager sur un budget, il est possible de recevoir le logement gratuit à l’auberge « El Diablo Tranquilo » en moyennant quelques services.

6 Commentaires

  1. Commentaire par fabrice

    fabrice Répodnre at 17:57

    En effet peut connu, tout comme le Paraguay. Tu vas y passer?
    Sinon, je vois que tu semble avoir trouvé un compromis entre moments stable et sur la route!

  2. Commentaire par Pierre

    Pierre Répodnre at 18:47

    Oui, j’ai trouvé plus ou moins mon équilibre comme tu dis.
    Pas d’envie d’aller au Paraguay en revanche.
    Je n’ai quasiment eu que des commentaires négatifs.
    J’ai juste eu une fois eu le tampon paraguayen à Cuidad del Este à la frontière Brésil-Argentine-Paraguay d’Iguazu. Cuidad Del Este est juste une ville réputée pour la contrebande et c’est vrai que les prix y défient toute concurrence.
    Mais sinon, les paysages ne valent pas ceux de Bolivie, c’est peu sûr et il y a un risque de se retrouver bloqué longtemps en cas de pluie fortes qui transforment la route en boue.
    Si le coeur t’en dit, jette un coup d’oeil à au très bon article d’amis qui sont passé au Paraguay. Leur passage s’était transformé en affaire d’Etat : http://latindusud.wordpress.com/en-mouvement/paraguay-15-au-20-septembre/

  3. Commentaire par fabrice

    fabrice Répodnre at 16:44

    ok merci pour le lien, je vais y jeter un oeil!

  4. Commentaire par NowMadNow

    NowMadNow Répodnre at 03:21

    J’ai eu d’assez bons échos du Paraguay… mais je vais filer lire cet article!

    NowMadNow

  5. Commentaire par melanie

    melanie Répodnre at 06:33

    Bonjour,
    ces articles datent un peu mais avec un peu de chance, tu vas lire mon commentaire.
    Je pars en Uruguay 3 semaines en février. Je pense rester les premiers jours sur Montevideo (c’est le début du carnaval et notamment du défilé) puis après, je pense essayer de faire le tour du pays.
    Comment t’es tu déplacé sur place ?
    Aurais tu des noms d’auberge de jeunesse ou autre logement ?
    Merci pour tes réponses !!

    • Commentaire par Pierre

      Pierre Répodnre at 16:04

      Salut Mélanie!
      J’étais resté pas mal de temps a « El viajero » qui est impeccablement placé et bien pour rencontrer des gens. Sinon, en cherchant sur Hostelbookers, tu trouveras d’autres auberge de jeunesse de qualité.
      Punta Del Este est surcoté; je te conseille Cabo Polonio et Punta Del Diablo. « El Diablo tranquilo Playa » est le top pour prendre le petit déjeune juste en face d’une jolie plage de surfeurs.
      Tu te déplaces très facilement en bus. L’Uruguay est une des pays les plus riches d’Amérique du Sud donc tu ne devrais pas rencontrer trop de problème.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut