LE DECALAGE HORAIRE EST MA DROGUE PREFEREE (J.Y. COUSTEAU)

Une inspiration

Le voyage de retour vers Londres se passe sans encombre. Le corps enkilosé par les longues heures, je passe à ma grande joie la queue de l’immigration de l’aéroport d’Heathrow grâce à mon passeport européen électronique. Après ces exercices prolongés de contorsionisme dans l’avion, je suis absolument ravi d’être citoyen européen et de voir cette technologie m’éviter la traditionnelle queue. Je reprends le métro londonien en direction du centre sur la Picadilly Line avec tous ces accents, langues et couleurs qui semblent ne connaître aucune frontière.

Evidemment, des gens souriants et bariolés envahissent progressivement le tube . Ils arborent fièrement des petits drapeaux de l’Union Jack et n’ont qu’à la bouche les détails du mariage princier de Kate et William. J’ai l’impression d’avoir un peu rêvé les trois derniers mois passés dans l’hémisphère Sud. Je revois cette atmosphère avec une oreille renouvelée et des yeux d’enfant et pourtant, je reste éternellement surpris par ce pays, qui a accouché tout à la fois de traditions séculaires et désuètes qui continuent à perdurer, et du punk, des grands groupes de rock et des personnages parmi les plus excentriques que la Terre ait connus.

Au sortir du métro, je retrouve des territoires connus, des odeurs de burgers qui sont restées figées comme je les avais laissées. C’est remuant, ça vibre et à ma grande surprise, nombre d’établissements et de graffitis on disparu, remplacés par de nouveaux qui ont poussé tels des champignons. J’aime ce décalage, ce changement de monde et je me redis que définitivement, comme le disait si bien le Commandant Cousteau, « le décalage horaire est ma drogue préférée ». Je laisse les bilans pour les prochains jours, je commence à revoir des têtes connues avant d’arriver essouflé au pied de ma porte et de me dire, dans un soupir d’émotion et avec une impression de déjà-vu, « I’m at home ».

Rate this post

6 Commentaires

  1. Commentaire par Antoine

    Antoine Répodnre at 18:35

    Bon retour à la maison Pierre!
    Profites bien du décalage horaire 😉

  2. Commentaire par Pierre

    Pierre Répodnre at 20:19

    Merci Antoine! Ca fait toujours un peu bizarre de revenir à la maison après l’avoir quittée un moment.

  3. Commentaire par fabrice

    fabrice Répodnre at 16:14

    enfin, le décalage suis pas fan. En Colombie, j’ai mis 5 jours pour m’en remettre!
    Bon retour à toi!

  4. Commentaire par Pierre

    Pierre Répodnre at 17:33

    Plus que le décalage, il y a le fait qu’ils ont un rythme de vie plus tardif en Colombie qui n’améliore pas les choses.
    Le décalage horaire n’est dans mon esprit que le symptôme, peut-être négatif, d’une passion pour le voyage.

  5. Commentaire par marjorie.m

    Je crois que j’adhère à la phrase de Cousteau! Et je garde un excellent souvenir de mon plus gros décalage horaire, à Auckland, j’avais le sentiment que tout autour de moi se passait au ralenti, de planer un peu. Pas désagréable comme sensation, en tout cas!

  6. Commentaire par NowMadNow

    NowMadNow Répodnre at 05:00

    A retenir cette citation.
    J’aime bien le sentiment de flottement que tu retranscris, j’imagine bien les scènes…

    NowMadNow

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut