Devenir digital nomade et mettre sa vie dans un sac

24/02/2016

Cet hiver aura été particulièrement doux pour moi, en appliquant les principes essentiels d’un bon digital nomade.

J’ai ainsi lâché mon appartement barcelonais en septembre dernier, après quatre ans d’auberge espagnole dans ce logement, pour pouvoir échapper à l’hiver européen.
L’avantage de pouvoir travailler par internet est de pouvoir bénéficier d’une flexibilité maximum, à partir du moment où il est possible accéder à une connexion wifi ; chose devenue vraiment aisée de nos jours, tant il est facile de trouver de l’internet, même dans les coins les plus reculés de la planète.

 

Philosophie minimaliste

L’idée est assez simple à comprendre : apprendre à vivre mieux avec moins.

Ces dernières années, j’ai appris à prioriser les choses essentielles de la vie et à optimiser mon sac de voyage, à tel point que je peux passer des mois à l’étranger, avec juste un bagage de cabine.

Il faut savoir se détacher d’un certain nombre de conceptions matérialistes, pour se concentrer uniquement, sur ce qui vraiment créateur de sens et de bonheur personnel pour soi.

Je n’ai pas de prêt-à-penser sur ce modèle. Nous avons tous une définition intime du concept de bonheur. Tout au plus, je me limiterai à certains conseils.

Mes possessions de valeur se limitent à un ordinateur et à un appareil-photo. Je serais pas mal embêté des les perdre ou de me les faire voler car j’en ai besoin pour mon travail et gagner quelques euros sur la route. Mais je sais que je pourrais me récupérer vite en rachetant du matériel. Ces possession sont un moyen et non et une fin en soi. J’ai quelque part mentalement intégré la probabilité de les perdre un jour ou l’autre.

Une chose dont je suis un prêt sûr en tout cas, c’est que le voyage est sans aucun doute la porte la plus évidente pour dépasser les préconceptions sur ce qui rend heureux dans nos riches sociétés. En imitant les locaux cet hiver, que ce soit en Thaïlande ou au Brésil, j’ai pu diminuer mes besoins et soulager mon porte-monnaie.

Le maître-mot d’un mode de vie nomade heureux est incontestablement celui de simplicité.

Lors des premier voyages, on a tendance à se surcharger, pour faire face à un nombre élevé de situations distinctes. Mais au fur et à mesure qu’on baroude, le vrai luxe consiste à voyager léger et à s’astreindre des obligations matérielles.

Même si je n’adhère pas complètement à tous ses principes, je trouve le site Early Retirement Extreme particulièrement riche et inspirant. Il relate les principes et moyens d’une retraite anticipée après cinq ans de travail, en se basant sur une vie frugale et anti-consumériste.

Utiliser les garde-meubles pour garder sa flexibilité géographique

 

Se pose bien sûr le problème du stockage des affaires. Je compte revenir sur Barcelone ce printemps, vers la mi-avril. Et comme je voyage avec le minimum, j’ai dû stocker mes affaires chez des amis et dans un casier de stockage spécifique. On trouve maintenant facilement ce type de solution dans les grandes villes.

Les précédentes années, je sous-louais ma chambre pour partir en voyage mais cette année, j’ai décidé de rendre le contrat et de ne plus rien avoir à gérer pour pouvoir rentrer totalement dans une liberté de mouvement totale ; mes projets étant d’aller en Thaïlande jusqu’à noël et au Brésil ensuite (l’énorme chute de la monnaie brésilienne m’aidant beaucoup la mise en place du projet en ce moment). Et comme je souhaitais revenir à Barcelone pour les beaux jours au printemps, l’idée de louer une box pour les meubles que je souhaitais retrouver à mon retour m’est apparu comme étant un bon compromis. Dans un premier temps, je pensais louer une camionnette pour tout déplacer en dehors de Barcelone, mais finalement je me suis rendu compte que ça ne m’apportait que des tracas supplémentaires pour un coût un peu près équivalent.

Des sites comme « Une pièce en plus » proposent ce type de solution, notamment à Paris. Cela coûte quelques dizaine d’euros par mois et ça permet d’éliminer certains ennuyeux problèmes de transports liés aux déménagement lorsque l’on a le projet de revenir au même endroit. On peut accéder à ses affaires 24h/24 dans des entrepôt très bien sécurisés et le site offre aussi une aide globale pour les cartons et les éventuels besoins logistiques pour le déménagement. C’est intéressant quand on part quelques mois. Cela devient probablement sans intérêt pour plus d’un an. Autant tout vendre dans ce genre d’hypothèse.

 

L’essentiel est de pouvoir éliminer au maximum les contraintes qui vous empêchent de bouger. Il est bien dommage de se priver de ce qui peut donner de la substance à la vie, à cause d’une armoire ou d’un prêt bancaire. Bien souvent, lors de discussions, je m’aperçois que nombre de gens pensent qu’il y a une chance avec ce mode de vie, ce qui est faux dans la majorité des cas selon moi. Au bout du compte, je me suis rendu compte qu’il était aisé de se créer des barrières psychologiques artificiels.

Certes, cela implique de sortir de sa zone de confort mais les 90% de fois où le petit risque aura été pris, les personnes auront touché ici à la plus saine et délicieuse des drogues.

 

 

Notez ce post

4 Commentaires

  1. Commentaire par Nolane

    Nolane Répondre 14/06/2016 at 08:30

    Bonjour
    J’ai lu avec intérêt votre article. En fait, je suis moi aussi passionnée de voyage, je dispose même un blog parlant de mes périples. Habituellement, quand je voyage, j’ai toujours du mal à choisir ce que je vais mettre dans mes valises et je pense que je ne suis pas la seule d’ailleurs ce problème a l’air d’attaquer une grande majorité de la gent féminine lol. Pourtant on sait tous que voyager léger c’est toujours mieux. Donc si j’ai bien compris, vous, avant de voyager vous lâcher tout? appart? etc? Et comment vous faites alors quand vous revenez ? La vie de nomade j’aime bien par contre, je n’arrive toujours pas à me décider de tout plaquer pour le voyage.

  2. Commentaire par ICIGO

    ICIGO Répondre 17/10/2016 at 19:00

    En fait, je crois que le mieux est de faire un mix du nomade et de la vie plus sédentaire. S’échapper un peu du cadre quotidien est un véritable coup de pouce à la créativité et un coup de fouet au dynamisme quand on revient à la « vie normale ». Dans ce cas, les services de garde meuble qu’il explique dans le dernier paragraphe est la meilleure solution. Enfin, il faudrait encore trouver les autres solutions pour les biens de plus grande dimensions (maisons, voitures, etc..) Faire appel à des amis pour les garder peut-être?

  3. Commentaire par Tim - Faim de Voyages

    Tim - Faim de Voyages Répondre 01/12/2016 at 19:20

    Effectivement, voyager léger c’est aussi voyager beaucoup plus facilement 🙂
    Le problème vient du climat du pays. On n’a pas un sac aussi léger quand on va en Indonésie par exemple que quand on va en Argentine où l’amplitude des climats et aussi grande que le pays l’est 🙂
    Idem pour le matériel de camping, les duvets doivent encaisser les zéros degrés et la tente aussi.
    On se débarrassera sûrement de pas mal de choses quand on atteindra des températures plus clémentes en remontant vers la Colombie

  4. Commentaire par Luc

    Luc Répondre 30/01/2017 at 09:44

    Bonjour, cet article est intéressant. Merci pour le partage

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Allé en haut